Au Cap Vert

Alors qu’ils entament leur 16e jour de course dans le cadre de la 15e Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre, Florian Gueguen et Raphaël Auffret sont actuellement en train de déborder le Cap Vert. Un archipel qu’ils ont choisi de négocier en passant entre les îles de Sao Nicolau et Boavista.

« On est sorti de la pétole dans la nuit de samedi à dimanche. C’était normalement le dernier épisode pétole de la course. En tous les cas on l’espère ! Surtout qu’hier encore, on n’a pas eu le vent qui était prévu. On devait normalement faire des zigs et des zags pour arriver au Cap vert or au final on a quasiment fait un tout droit. On s’est même retrouvés complètement à l’extérieur de la route que l’on devait faire », a commenté le skipper du Class40 aux couleurs de l’association France Parkinson pour qui la nuit dernière n’a assurément pas été de tout repos. « On a très peu dormi car on a beaucoup manœuvré. Un coup on était sous gennaker, un coup on était sous spi. Tantôt avec un ris tantôt sans », a détaillé le Cancalais qui a malgré tout pu se reposer un peu ce matin avant de voir apparaître une première île. « Ça a été une belle surprise de découvrir des cailloux après dix jours sans avoir vu la moindre terre. Après dix jours compliqués pour les nerfs », a ajouté Florian.

De fait, ces deux premières semaines de course ont été pour le moins délicates pour une grande partie des concurrents de l’épreuve. « On a vu se fermer toutes les portes devant nous et on est régulièrement tombé dans la molle. A présent, on a du ciel bleu, il fait chaud et on glisse sous spi. Si tout se passe bien, on va profiter d’une route un peu plus optimisée que ceux de devant. Quand je dis « optimisée », cela ne veut pas dire plus courte puisqu’on va aussi descendre assez bas en latitude mais en principe, on devrait bénéficier de vents un peu plus soutenus » a ajouté le navigateur.
Et pour cause, les alizés qui avaient disparu de la circulation semblent être en train de se reconstituer sur la route des Antilles. « Ça devrait être plus cool. Notre but, avec Raphaël, c’est de faire marcher le bateau le plus vite possible. Il reste 2 200 milles à parcourir. On espère gratter quelques concurrents mais on sait que ça ne va pas être simple dans la mesure où la partie la plus complexe sur le plan stratégique est maintenant derrière nous. A présent, on est un peu sur l’autoroute et il y a moins de coups à faire mais on reste concentré et on s’accroche tout en faisant bien attention de préserver le matériel, notamment nos deux spis pour rester au top des performances du bateau jusqu’au bout même si on a moins la pression du résultat aujourd’hui.»

#CHANGERLEREGARDSURLAMALADIE
#CHAQUEPASESTUNECONQUETE
#CHAQUEMILLEESTUNECONQUETE

À propos d’Équipe Voile Parkinson
L’objectif principal du projet « Équipe Voile Parkinson » est de sensibiliser et faire changer le regard du grand public sur la maladie de Parkinson. Touché de près par cette affection neurodégénérative puisque son grand-père en a été atteint à l’âge de 62 ans, Florian Gueguen a su séduire et fédérer une équipe de passionnés ainsi que des partenaires investis autour d’une cause commune et d’un projet sportif. Née à la fin de l’année 2017, cette aventure humaine se poursuit avec en ligne de mire, la prochaine Transat Jacques Vabre et la Route du Rhum – Destination Guadeloupe 2022. Depuis sa création, de nombreuses personnes atteintes par la maladie de Parkinson ont su se retrouver dans ce défi sportif, qui laissait place au rêve et au dépassement de soi, ainsi que l’ont prouvé de nombreux témoignages reçus ou lors de rencontres sur les villages de départ et d’arrivée de grandes courses au large.
Porter haut les couleurs de l’association France Parkinson et lui apporter le coup de projecteur dont elle a besoin à l’occasion des plus grands évènements véliques : telle est l’ambition de Florian Gueguen qui, après deux années de transition, compte désormais passer à la vitesse supérieure, avec des objectifs avoués de performance. Déterminé à construire consciencieusement les choses, sans griller les étapes, le Cancalais affiche un projet ambitieux mais raisonnable.
Plus d’informations : https://equipevoileparkinson.com

À propos de France Parkinson
France Parkinson est une association créée en 1984 par le professeur Yves Agid et reconnue d’utilité publique. Forte d’un réseau de plus 70 comités locaux, plus de 450 bénévoles et plus de 10 000 adhérents/donateurs, les missions sociales de France Parkinson sont les suivantes : 
– Soutenir et assister les malades et leurs aidants
– Informer sur la maladie, les traitements et les aides
– Sensibiliser l’opinion et les pouvoirs publics
– Dynamiser la recherche France Parkinson souhaite renforcer le lien entre les malades, les proches et les différents intervenants médicaux et sociaux. Les priorités du malade sont de comprendre sa maladie pour vivre au mieux le quotidien et d’avoir accès aux structures dont il a besoin. Le progrès de la recherche conditionne quant à lui une amélioration du traitement, du diagnostic et de la compréhension de la maladie. Au-delà du malade lui-même, les proches et ceux nommés aidants sont fortement sollicités et demandent également éléments de compréhension et explications quant à la maladie. France Parkinson a également pour préoccupation de sensibiliser le grand public à la maladie de Parkinson et est engagée dans une campagne de communication sur le thème de « changeons le regard ». Toute action de nature à modifier les préjugés liés à la maladie de Parkinson est la bienvenue pour faire avancer ce sujet, qui est au-delà de l’aspect médical de la pathologie, une question sociétale et sociale d’envergure.
Plus d’informations : https://www.franceparkinson.fr