Ce mercredi, alors qu’il leur reste désormais moins de 190 milles à parcourir pour rejoindre Salvador de Bahia, Florian Gueguen et Raphaël Auffret attaquent clairement la toute dernière ligne droite de la course, et pour eux, pas question de laisser filer la 21e place.

« Il nous reste un os à ronger et il n’est pas envisageable pour nous de finir derniers, surtout après s’être autant battu, notamment dans le Pot-au-Noir où pendant quatre jours on a eu des pétages de plombs comme jamais », ont commenté les deux co-skippers d’Equipe Voile Parkinson qui progressent actuellement le long de la côte Brésilienne, à mi-chemin entre Recife et Salvador de Bahia. « Il y a pas mal de trafic et la nuit, les lueurs de la terre sont très impressionnantes », ont relaté les deux marins qui retrouvent petit à petit des conditions plus stables et plus favorables. « Entre l’archipel de Fernando de Noronha et Recife, on a fait une vingtaine d’heures au près alors que dans le même temps, Terre Exotique, notre concurrent direct, a profité d’une allure plus abattue. Heureusement, ensuite, le vent a adonné et on a pu envoyer le Code 0. On a donc accéléré puis regagné du terrain sur lui », ont détaillé les deux Cancalais qui, après avoir compté 10 milles de retard hier sur leurs adversaires, ont inversé la tendance. « La nuit dernière, pendant 5-6 heures, on a marché 1,5 nœud plus vite qu’eux. Aujourd’hui, on est toujours à fond sur les réglages et on enchaine des quarts d’une heure. On a actuellement 8 nœuds et on marche à la même vitesse, ce qui est plutôt bien. Le vent a franchement baissé par rapport à hier, mais il est plus stable. Il n’est pas conforme aux fichiers alors on espère avoir un peu plus de pression que nos camarades de jeu positionnés 20 milles plus à l’Est », ont terminé Florian Gueguen et Raphaël Auffret qui sont attendus dans la soirée de demain (heure française) sur la ligne d’arrivée de la 14e édition de la Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre.